Une menterie…

Voici un exemple de menterie et sa traduction en wallon.

Je me suis laissé dire qu’après le déménagement de la statue du Roi Albert 1er qui trônait fièrement au Grognon, une histoire pour le moins bizarre serait arrivée…     Vous savez, mesdames, messieurs qu’un grand projet de réaménagement du Grognon a vu le jour…  Un téléphérique par ici, un parking par là… On ne sait plus très bien ce que nous aurons dans le futur.   Toujours est-il que notre Roi Albert 1er a été envoyé en l’air, c’est le cas de le dire ! Il s’est retrouvé comme par enchantement dans l’atelier d’un sculpteur chargé de le remettre à neuf.   Alors que Maxime Prévôt rendait visite au sculpteur chargé de la remise en état pour se rendre compte de l’avancement de la remise en état de la statue, il serait passé devant la partie de l’œuvre représentant le roi.  Rien que le corps de notre bon roi… Cette partie était désolidarisée du cheval, en position assise sur un ballot de paille.   Notre cher bourgmestre aurait alors entendu une voix, bien claire, disant : « Maxime, va me chercher mon cheval, je ne suis bien que quand je suis assis dessus »     Maxime, pris de panique, a couru comme un dératé jusqu’à la maison communale et dans le jardin du mayeur, est tombé nez à nez avec les échevins qui prenaient l’apéro…     Tout énervé, il a raconté ce qu’il venait de vivre chez le sculpteur.   Quelques membres du conseil lui ont alors proposé de boire à leur verre.  Ils pensaient que notre bourgmestre était devenu sot.   Mais Maxime a trouvé les mots pour les convaincre qu’il se passait quelque chose de rare : Notre Roi Albert 1er parlait !!! Et surtout, il les a convaincus de le suivre à Bomel pour se rendre compte !   Et là, en entrant dans l’atelier, Maxime s’est arrêté devant la statue du Roi.   C’est alors qu’on a entendu raisonner sa voix : Maxime, je t’avais demandé mon cheval… pas des ânes !   Dj’ï m’so lèyî à dire qu’adon qui l’estatue di nosse bon rwè Albert prumî  qu’esteuve au Grognon aveu s’t’y emmwernée au lon,  y sereuve arrivé one fwart mistériyeuse  istwêre…   Vos savoz, mès djins, qu’on gran projè à veyu l’d’joû pô r’mette d’astoc li Grognon… On tèlèférik véci, on parkin vèla…  Nos n’savans pû fwart bin  ci qu’on va r’trové…     Todi èss-t-î  qui nosse Rwè Albért a s’tî èvoyî dins les airs !!! C’èst l’mwin’s qu’on pou dire ! I s’a r’trové, come pâ mirauke, dins l’atelié d’on ome, tchèrdji d’él rimète à noû .     Adon qui nosse mayeur Maxime Prêvot rindeuve visite au sculteûr tchergî dèl rimise èn’ état di l’estatue, dins on hangar nin lon èri di Bomel, î sèreût passé divan li boket di l’oeuve riprésintant noss Rwè.  Rin qui l’cwarp di nosse bon rwè   Il esteût achite sû on balot d’four,…. on l’aveuve satchî fou do’ t’chfau !     Nosse mayeur aureût ètindu à s’momint la one vwès, fwart clére, qui d’jeût : « Maxime, vas è qwère mi t’chfau, dj’î n’so bin qui quand dj’î so achide dissu… »   Maxime, pris d’peû, a coru comme on fô jusqu’à l’maujone comunale èt dins l’jardin dô mayeur, il a rescontré tos les homes do conseil comunal, qu’estène la, paujère, tot bèvant on pecket   Tot efoufyî , il raconté c’qui v’neût di viké èmon li sculteûr.   Saquant d’ètur z’èls li ont donné leu vere.  I pinsin.ne qui nosse mayeur esteût èfoufî .     Mins Maxime a trové lès môts pô leu fé comprin.dre qui s’passeûve véla one saqwè d’rare…  Nosse bon rwè Albèrt causeût !!! Èt d’pu, il a rèusi à lès z’amwin.nrné a Bomel pô s’rinde comte !     Èt la, to rintrant dins l’atelié, Maxime s’a arrèté pa d’vant l’estatue do Rwé.     C’èst s’t’adon qui z’on ètin.du nosse rwé qui d’jeuve : « Maxime, dj’î t’aveûs d’mandé mi t’chfau … nin dès baudèts »  

Menterie gagnante présentée par Chloé Lambert et Coralie Dethier à l’occasion du Challenge Daniel Lhoir de 2015

Comments are closed.